Les images : fonctions et prolifération

Les images médiatiques - Les différentes fonctions de l'image dans la presse écrite


Les fonctions de l'image sont fort diverses et souvent complémentaires. L'image peut avoir un rôle :

 

  • Informatif

Informer devrait être la fonction essentielle de l'image. Son choix devrait fait en fonction des réponses apportées aux questions suivantes :
Quelle information cette image apporte-t-elle ?
Quelle est sa richesse particulière? 
Fournit-elle des compléments d'information au texte ?
Constitue-t-elle au contraire un pléonasme ?
Décrit-elle mieux la situation, la personne, l'objet… que ne le fait ou le ferait le texte ?
Il est vrai par exemple que, même si l'image sans texte est rarement explicite, il faut des mots et des mots, des phrases et des phrases pour décrire le rictus de rage du gangster qui vient d'être arrêté, les yeux émerveillés du petit enfant devant son cadeau de Noël ou les larmes de joie du vainqueur de l'épreuve olympique, alors que l'image va permettre de saisir ces situations, ces traits, ces émotions d'un seul regard. Il est également indéniable qu'une carte bien faite, un schéma ou un graphique intelligemment conçu, permettent de saisir une situation mieux que ne le ferait un texte fastidieux. 

  • Documentaire

L'image peut être descriptive. C'est souvent le cas du dessin, du schéma, de la carte géographique, mais aussi de la photographie montrant les détails d'une nouvelle voiture, les contours d'un objet, les pièces d'un dossier, les éléments d'une scène, le décor dans lequel s'est déroulé un événement, le portrait de l'un des protagonistes, etc.
Comme telle, l'image favorise la participation du lecteur à l'événement en lui plantant le décor et en lui donnant la représentation des personnages.
L'image peut constituer une preuve, un moyen d'authentification. Elle peut apporter la garantie que ce qui est écrit dans l'article est vrai - aussi invraisemblables que semblent parfois les descriptions du texte. Si, par exemple, dans un article, l'auteur décrit un nouveau vêtement protégeant absolument des atteintes des flammes, le lecteur peut rester sceptique; mais il sera convaincu si, à côté du texte, figure une photo montrant un personnage revêtu de cette combinaison ignifuge et se promenant sans gêne dans un brasier. Il reste que de tels documents devraient porter une sorte de label qui en garantirait l'authenticité compte tenu des multiples façons de tromper le réel avec les procédés de construction des images.
 

  • Symbolique

Là encore nous pourrions différencier l'image significative, par exemple la petite Africaine ou le petit Indien au ventre ballonné qui symbolise la faim dans le monde, et l'image suggestive qui, le plus souvent, exprime une idée abstraite. Dans le domaine du dessin, toute une codification a fait son apparition : le ruban signifie cadeau, les cristaux symbolisent le froid, les lignes fuyantes la vitesse, etc.
La photographie devient parfois symbole par pur hasard : ainsi, le photographe qui, sur une plage du Finistère, fixait l'image d'un goéland aux ailes alourdies par la marée noire ne pensait certainement pas qu'il était en train de créer le symbole mondialement utilisé de la pollution.
 

  • Divertissant

L'image repose l'attention du lecteur et lui rend moins aride la lecture du texte. C'est le rôle, par exemple, de ce qu'on appelle des vignettes ou des cabochons, ces petits dessins de quelques centimètres carrés que l'on dispose à intervalles réguliers mais un peu au hasard dans une colonne de texte, afin de l'égayer, d'en briser la monotonie et d'en atténuer la grisaille. À la limite l'image peut être divertissement pur : c'est le cas, par exemple, de la bande dessinée et du roman-photo, du dessin et de la photo humoristique.

 

Fonctions de l'image


1. Le rapport de l'image au réel

  • Une valeur de représentation . L'image représentative est celle qui figure des choses concrètes ( "d'un niveau d'abstraction inférieur à celui des images elles-mêmes" ).
  • Une valeur de symbole . L'image symbolique est celle qui figure des choses abstraites ( "d'un niveau d'abstraction supérieur à celui des images elles-mêmes" ).
  •  Une valeur de signe . Une image sert de signe lorsqu'elle figure un contenu dont elle ne reflète pas visuellement les caractères. L'exemple obligé reste ici celui des panneaux - du moins, de certains panneaux - du code routier, comme la fin de limitation de vitesse, dont le signifiant visuel n'a qu'un rapport totalement arbitraire avec son signifié. 


2. Les fonctions de l'image
Trois modes principaux de ce rapport sont attestés.

  •  Le mode symbolique. Les images ont sans doute d'abord servi essentiellement de symboles, plus précisément de symboles religieux, censés donner accès à la sphère du sacré par la manifestation plus ou moins directe d'une présence divine. A vrai dire, les exemples ici sont quasi innombrables, l'imagerie religieuse, figurative ou non, étant copieuse et encore actuelle : certaines images y représentent des divinités ( Zeus, Bouddha ou le Christ ), d'autres y ont une valeur presque purement symbolique ( la croix chrétienne par exemple).Les symbolismes ne sont pas seulement religieux, et la fonction symbolique des images a très largement survécu à la laïcisation des sociétés occidentales, quand ce ne serait que pour véhiculer les nouvelles valeurs ( la Démocratie, le Progrès, la Liberté, etc. ) attachées aux nouvelles formes politiques. Il est en outre de nombreux autres symbolismes, qui n'ont pas tous une aire de validité aussi importante.
  • Le mode épistémique . L'image apporte des informations ( visuelles ) sur le monde, qu'elle permet ainsi de connaître, y compris dans certains de ses aspects non-visuels. La nature de cette information varie ( une carte routière, une carte postale illustrée, une carte à jouer, une carte bancaire, sont des images, leur valeur informative n'est pas la même ), mais cette fonction générale de connaissance a été également très tôt assignée aux images. Par exemple, on la trouve dans l'immense majorité des manuscrits enluminés du Moyen-Âge, qu'ils illustrent l'Enéide ou l'Evangile. Cette fonction a été considérablement développée et amplifiée depuis le début de l'ère moderne, avec l'apparition de genres documentaires comme le "paysage" ou le portrait.
  •  Le mode esthétique. L'image est destinée à plaire à son spectateur, à lui procurer des sensations spécifiques. Cette visée est sans doute elle aussi ancienne, bien qu'il soit à peu près impossible de se prononcer sur ce qu'a pu être le sentiment esthétique à des époques très éloignées de la nôtre ( les bisons de Lascaux étaient-ils censés être beaux ? Avaient-ils seulement une valeur magique ? ). Quoi qu'il en soit, cette fonction de l'image est aujourd'hui indissociable, ou presque, de la notion d'art, au point qu'on confond souvent les deux, et qu'une image soucieuse d'obtenir un effet esthétique peut aisément se faire passer pour une image artistique ( voir la publicité, où cette confusion est à son comble ).
  • Illustratif-décoratif. L'image peut, dans certains cas, avoir comme seul but de décorer une page, de " l'éclairer " en coupant les masses grises du texte, pour rompre la monotonie, etc.




 

La prolifération des images

La prolifération des images - Yves Michaud Ces 20 dernières années, les images ont pris une place prépondérante dans nos sociétés. Les magasins, les lieux publics regorgent de murs d’images. Mais qu’est-ce qu’une image ? Quelle attitude avoir face à ce déferlement ?  Une conférence de l'UTLS au Lycée. Lycée Saint Louis Clément (91 Viry Châtillon) Plan de la conférence: Les faits Qu'est-ce qu'une image? La pensée par l'imagerie Hygiène de l'image.
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau