Cette part de rêve que chacun porte en soi

Introduction et programme officiel

L'art de rêver, Castaneda http://shamanes.fr/telechargement/livres/livrestel/castaneda/CarlosCastaneda-art-de-rever.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P v

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mlk

 

 

 

 

 

 

 

Index

 

 

 

 

 

Images

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reve la muse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Marche ou reve

Analyser la part de rêve que chacun porte en soi, c’est inviter les étudiants en BTS à
engager une réflexion sur un thème fondateur à la fois de notre civilisation, de notre quotidien
et plus largement de l’identité humaine. Tout homme rêve et cette activité, lorsqu’elle se
déroule durant une phase de sommeil, l’occupe une bonne part de son existence. Mais
comment interpréter ces moments où l’homme n’est plus conscient et s’abandonne à un
univers onirique ? Le rêve n’est-il que le moment d’un repos mérité ou le rêve poursuit-il sur
un autre mode l’existence éveillée de chacun ? Quand nous rêvons dès l’assoupissement, que
faisons-nous exactement ? Que signifient précisément ces récits de rêve que nous faisons
notamment au petit-déjeuner quand, en réponse à s’il on a bien dormi, on raconte aux uns et
aux autres nos aventures nocturnes ? Loin d’être anecdotiques, ces questions ont très tôt
constitué le rêve comme un objet de réflexion à part entière et ont permis de l’ouvrir à de
multiples interprétations selon les époques et les sociétés. Dès l’Antiquité, le rêve est l’objet
de superstitions diverses et annoncerait l’avenir à chacun sous la forme de symboles à
décrypter. Ainsi naît l’interprétation des rêves qui aura cours jusqu’à Freud et à laquelle
l’invention de la psychanalyse, à la fin du XIXe siècle, mettra un terme. Avec le médecin
viennois, le rêve ne révèle plus l’avenir mais éclaire le passé du patient allongé sur le divan.
Cette part de rêve que chacun porte en soi dévoile l’intimité la plus profonde de chacun.
Cependant, cette question du rêve est d’autant plus déterminante qu’elle ne se limite
pas uniquement aux phases de sommeil et aux activités inconscientes que décryptent la
psychanalyse ou les Anciens. De fait, la part de rêve que chacun porte en soi concerne plus
directement le rêve éveillé que tous les hommes font au quotidien. Le rêve, c’est avant tout
une faculté d’imagination mise en œuvre par les hommes pour se doter d’une force capable de
les faire avancer dans leurs existences. Rêver, c’est s’imaginer quelqu’un d’autre, plus fort,
plus beau. C’est devenir un homme dont la route ne serait plus entravée par les désagréments
et autres soucis ordinaires pour le guider vers la réussite. Rêver, c’est donc imaginer une vie
autre et idéale où le bonheur n’est plus une promesse lointaine mais une réussite avérée dont
l’homme peut pleinement jouir. En ce sens, cette part de rêve que chacun porte en soi renvoie
plus précisément à la manière dont chacun se projette dans sa vie. Moteur psychologique,
motivation morale ou encore désir d’accomplissement, le rêve est la part d’idéal que chacun
porte avec lui pour magnifier son existence et la construire comme un épanouissement
permanent. Rêver, ce n’est plus seulement dormir mais trouver à chaque instant une raison de
vivre, à l’instar de l’étudiant qui rêve d’avoir son BTS pour accomplir son projet
professionnel et entrer de plain-pied dans l’existence…

 Hatier

 

 

 

Thème n° 1 - Cette part de rêve que chacun porte en soi

Problématique

Le rêve se définit spontanément par opposition à la réalité. Il est généralement tenu pour une parenthèse de la conscience, une phase particulière du sommeil. Mais il renvoie aussi à la représentation idéale de ce que chacun désire et voudrait peut-être réaliser. La part de rêve que chacun porte en soi semble pouvoir libérer de réalités douloureuses, monotones ou ennuyeuses et aider ainsi à orienter autrement sa vie, à la redessiner dans un ailleurs et un futur plus ou moins proches. Le rêve stimule l'individu qui ne se satisfait pas de ce qu'il est et de ce qu'il a. Il élargit les possibles.

Multiples sont les éveilleurs de rêves (lieux, objets, personnes, sensations...). Les œuvres d'imagination sont aussi propices à la rêverie, elles permettent de se transporter dans d'autres espaces, d'autres époques, d'autres personnages. Cependant, le rêve risque de couper du réel et d'amener à ne vivre que de chimères ou de fantasmes qui empêchent d'agir dans le monde et de mener sa vie. En ce sens, il est parfois dénigré comme perte de temps, fuite des responsabilités. Quelle part de rêve préserver dans un monde soumis à l'efficacité et à la rentabilité immédiate ?

C'est tout autant l'être que l'avoir qui sont concernés par le rêve : rêves d'objets de consommation, rêves de luxe, rêves de ce que les nouvelles technologies autorisent, rêves d'une identité autre, plus belle, plus forte, plus grande. Ces aspirations induisent un idéal porté par le rêve, facteur d'élévation et de sublimation de chacun, force de création et d'innovation. Cet idéal n'est cependant pas le même pour tous. Tel individu ne pourra-t-il pas trouver médiocre ce que tel autre pense être à sa mesure ?

Quelle est la part intime et vraiment personnelle de ce rêve qui nous porte ? Partagé par un groupe ou par l'ensemble d'une société, le rêve peut devenir utopie et donner à chacun comme à tous des raisons de vivre et d'espérer. Mais l'optimisme utopique ne risque-t-il pas de porter atteinte à la part de rêve et de liberté que chacun porte au plus profond de soi ?

Indications bibliographiques

Ces indications ne constituent en aucun cas un programme de lectures. Elles constituent des pistes et des suggestions pour permettre à chaque enseignant de s'orienter dans la réflexion sur le thème et d'élaborer son projet pédagogique.

Littérature

  • André Breton, Nadja
  • Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles
  • Erri de Luca, Montededio
  • Grégoire Delacourt, La liste de mes envies
  • Robert Desnos, « J'ai tant rêvé de toi », Corps et biens
  • Fatou Diome, Le Ventre de l'Atlantique
  • Victor Hugo, « Booz endormi », « La Pente de la rêverie »
  • Martin Luther King, I have a dream
  • La Fontaine, « La Laitière et le Pot au lait » ; « Les Souhaits »
  • Haruki Murakami, 1Q84 et Kafka sur le rivage
  • Nerval, Aurélia
  • Georges Perec, Les Choses
  • Arthur Rimbaud, « Rêvé pour l'hiver » et « Aube »
  • J. K. Rowling, Harry Potter (le miroir, le patronus)
  • Jean-Paul Sartre, Les Mots (rêveries enfantines)
  • Jules Vallès, L'Enfant (rêveries autour de Robinson Crusoe)
  • Paul Verlaine, « Mon Rêve familier »
  • Virgile, Énéide (rêves de Didon et d'Enée, chant IV)

Essais

  • Gaston Bachelard, L'Air et les Songes, La Poétique de la rêverie
  • Charles Baudelaire, « La Reine des facultés » in Salon de 1859.
  • Sigmund Freud, L'Interprétation des rêves
  • Neal Gabler, Le Royaume de leurs rêves
  • Nancy Huston, L'Espèce fabulatrice
  • Albert Jacquard, Mon utopie
  • Edgar Morin, Le Cinéma ou l'Homme imaginaire
  • Jean-Bertrand Pontalis, Le Dormeur éveillé

Films, documents iconographique

  • Woody Allen, La Rose pourpre du Caire
  • Tim Burton, Big Fish
  • Frank Capra, La Vie est belle
  • Matteo Garrone, Reality
  • Michel Gondry, Eternal Sunshine of the Spotless mind
  • Aki Kurosawa, Rêves
  • David Lynch, Mulholland Drive
  • Christopher Nolan, Inception
  • Robert Stevenson, Mary Poppins
  • Andréi Tarkovski, Stalker
  • Agnès Varda, Les Daguerréotypes (scène finale des rêves)
  • Paul Verhoeren, Total Recall (roman de Philip K. Dick, Souvenirs à vendre)

Artistes peintres

  • Marc Chagall
  • Salvador Dali
  • Giorgio de Chirico
  • Paul Delvaux
  • Douanier Rousseau
  • Caspar David Friedrich
  • Paul Gauguin
  • René Magritte

Dreamlands - Des parcs d'attraction aux cités du futur (catalogue de l'exposition du Centre Pompidou, 2010)

Musique, chansons

  • Robert Schumann, Rêverie
  • Franz Listz, Liebestraüme
  • Claude Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune
  • Dominique A, La Relève 
  • Charles Aznavour, J'm'voyais déjà
  • Jacques Brel, La Quête
  • Claude Dubois, J'aurais voulu être un artiste (le blues du businessman) 
  • John Lennon, Imagine
  • Claude Nougaro, Le Cinéma
  • Téléphone, Un autre monde
  • Boris Vian, La Complainte du progrès
  • Laurent Voulzy, Le Rêve du pêcheur

Sites internet

Base de textes pour l'étude des rêves dans les textes littéraires : http://www.reves.ca/index.php

Exposition BNF Utopie La quête de la société idéale en Occident : http://expositions.bnf.fr/utopie/index.htm

Mots-clefs 

  • Rêve, rêverie, songe, méditation, fantasme, chimère, illusion, mirage, fantasmagorie
  • Imaginaire, irréel, merveilleux, paradisiaque, fabuleux
  • Bovarysme, symbolisme, surréalisme, onirisme
  • Imaginer, rêvasser, divaguer, délirer, déraisonner
  • Enchantement, idéal, utopie
  • Jardin secret, for intérieur
  • Doux rêveur, songe-creux, faire de beaux rêves, être dans les nuages, être dans la lune, réaliser un vieux rêve, rêver tout éveillé,
  • Pays du rêve, rêve américain, pays de Cocagne, le rêve de l'Orient, Eldorado
  • L'herbe est toujours plus verte dans le pré d'à côté, faire des châteaux en Espagne, c'est le rêve !

Quelques poèmes pour rêver...

Rêvé pour l'hiver, Rimbaud


L'hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coin moelleux.

Tu fermeras l'oeil, pour ne point voir, par la glace,
Grimacer les ombres des soirs,
Ces monstruosités hargneuses, populace
De démons noirs et de loups noirs.

Puis tu te sentiras la joue égratignée...
Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou...

Et tu me diras: "Cherche!" en inclinant la tête,
Et nous prendrons du temps à trouver cette bête
Qui voyage beaucoup...

 

Arthur Rimbaud

J'ai tant rêvé de toi, Desnos


J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance 
De la voix qui m'est chère?

J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués 
En étreignant ton ombre
A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
Au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps
Sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé
A toutes les apparences de la vie
Et de l'amour et toi, la seule
qui compte aujourd'hui pour moi,
Je pourrais moins toucher ton front
Et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.

J'ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu'il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu'a être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre 
Cent fois que l'ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.

 

Robert Desnos, "Corps et biens".

Mon rêve familier, Verlaine

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

Rêve parisien, Baudelaire

A Constantin Guys

I

De ce terrible paysage, 
Tel que jamais mortel n'en vit,
Ce matin encore l'image, 
Vague et lointaine, me ravit.

Le sommeil est plein de miracles ! 
Par un caprice singulier, 
J'avais banni de ces spectacles 
Le végétal irrégulier,

Et, peintre fier de mon génie, 
Je savourais dans mon tableau 
L'enivrante monotonie 
Du métal, du marbre et de l'eau.

Babel d'escaliers et d'arcades,
C'était un palais infini, 
Plein de bassins et de cascades 
Tombant dans l'or mat ou bruni ;

Et des cataractes pesantes, 
Comme des rideaux de cristal, 
Se suspendaient, éblouissantes, 
A des murailles de métal.

Non d'arbres, mais de colonnades
Les étangs dormants s'entouraient, 
Où de gigantesques naïades, 
Comme des femmes, se miraient.

Des nappes d'eau s'épanchaient, bleues, 
Entre des quais roses et verts, 
Pendant des millions de lieues, 
Vers les confins de l'univers ;

C'étaient des pierres inouïes 
Et des flots magiques ; c'étaient 
D'immenses glaces éblouies 
Par tout ce qu'elles reflétaient !

Insouciants et taciturnes, 
Des Ganges, dans le firmament, 
Versaient le trésor de leurs urnes 
Dans des gouffres de diamant.

Architecte de mes féeries,
Je faisais, à ma volonté, 
Sous un tunnel de pierreries
Passer un océan dompté ;

Et tout, même la couleur noire, 
Semblait fourbi, clair, irisé ; 
Le liquide enchâssait sa gloire 
Dans le rayon cristallisé.

Nul astre d'ailleurs, nuls vestiges 
De soleil, même au bas du ciel, 
Pour illuminer ces prodiges,
Qui brillaient d'un feu personnel !

Et sur ces mouvantes merveilles 
Planait (terrible nouveauté ! 
Tout pour l'oeil, rien pour les oreilles !)
Un silence d'éternité.

II

En rouvrant mes yeux pleins de flamme
J'ai vu l'horreur de mon taudis, 
Et senti, rentrant dans mon âme, 
La pointe des soucis maudits ;

La pendule aux accents funèbres
Sonnait brutalement midi, 
Et le ciel versait des ténèbres
Sur le triste monde engourdi.

Films

Mulholland drive, David Lynch 

Victime d’un accident de voiture, une mystérieuse femme, amnésique et blessée, erre sur la sinueuse route de Mulholland Drive. Elle se réfugie dans la première maison qu'elle trouve, l'appartement de la tante de Betty Elms, apprentie comédienne fraîchement débarquée de province et venue conquérir Hollywood. Intriguée par cette inconnue qui se fait appeler Rita, Betty, en tentant de l'aider à retrouver la mémoire, découvre dans son sac des liasses de dollars et une clef bleue. De plus en plus complices et devenues amantes, les deux jeunes femmes mènent l’enquête pour retrouver l’identité de Rita. Entre conscience et inconscience, jusqu'au moment où, la clef bleue ayant trouvé sa serrure, l'histoire se renverse.

Inception, Christopher Nolan

Dans un futur proche, l'armée américaine a développé ce qui est appelé le « rêve partagé », une méthode permettant d'influencer l'inconscient d'une victime pendant qu'elle rêve. Des « extracteurs » s'immiscent alors dans ce rêve, qu'ils ont préalablement modelé et qu'ils peuvent contrôler, afin d'y voler des informations sensibles stockées dans le subconscient de la cible. C'est dans cette nouvelle technique que se sont lancés Dominic Cobb et sa femme, Mal. Ensemble, ils ont exploré les possibilités de cette technique et l'ont améliorée, leur permettant d'emboîter les rêves les uns dans les autres, accentuant la confusion et donc diminuant la méfiance de la victime. Mais l'implication du couple dans ce projet a été telle que Mal a un jour perdu le sens de la réalité ; pensant être en train de rêver, elle s'est suicidée, pensant alors revenir dans ce qu'elle croyait être sa réalité. Soupçonné de son meurtre, Cobb est contraint de fuir les États-Unis et d'abandonner leurs enfants à ses beaux-parents. Il se spécialise dans l'« extraction », en particulier dans le domaine de l'espionnage industriel ; mercenaire et voleur, il est embauché par des multinationales pour obtenir des informations de leurs concurrents commerciaux.

La rose pourpre du Caire, Woody Allen

 

Dans les années 1930 aux États-Unis, pendant la Grande Dépression, une jeune serveuse de brasserie, Cécilia, a un mari chômeur et tire-au-flanc. Elle se console en passant ses soirées au cinéma, sa grande passion. Un jour où elle est venue revoir, pour la cinquième fois, le même film au Jewel Palace, un incident extraordinaire se produit : l'un des personnages de La Rose pourpre du Caire, Tom Baxter, l'interpelle dans la salle. Il sort de l'écran, passe du film en noir et blanc au monde en couleurs et l'entraîne dans une aventure aux rebondissements imprévus.

 

 

 

 

Le château dans le ciel, Miyazaki

Un dirigeable est attaqué par des pirates. Sheeta, jeune fille prisonnière d'une bande militaire, profite de l'occasion pour tenter de s'échapper et tombe du vaisseau volant dans lequel elle était retenue. Un pendentif qu'elle porte au cou s'illumine soudainement, sa chute est ralentie et elle descend doucement vers le sol où elle atterrit dans les bras d'un garçon du même âge prénommé Pazu.

Ce jeune garçon travaillant dans une mine voit sa vie changer dès cette nuit-là. L'ayant sauvée, rassurée et réconfortée, Pazu va se muer en protecteur pour Sheeta tel un ange gardien. Tous deux se lient d'une forte amitié l'un pour l'autre. Pazu raconte à Sheeta qu'il recherche la légendaire ville flottante de « Laputa », symbole d'une civilisation utopique remplie de pureté et de nature toute-puissante mais qui a aujourd'hui disparu.

Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain,  Jean-Pierre Jeunet

Amélie, une jeune serveuse dans un bar de Montmartre, passe son temps à observer les gens et à laisser son imagination divaguer. Elle s'est fixé un but : faire le bien de ceux qui l'entourent. Elle invente alors des stratagèmes pour intervenir incognito dans leur existence.

Arizona Dream, Kusturica

Après la mort tragique de ses parents dans un accident de voiture, Axel Blackmar a tourné le dos à son passé. Trois ans plus tard, installé àNew York, il a trouvé son équilibre et travaille pour le ministère de la Pêche et de la Chasse. Mais son oncle Léo le rappelle dans sa ville natale, en Arizona. Là, Axel va devenir le jouet des rêves de deux femmes qui ont vécu un passé terrible, de ceux de son oncle et peut-être des siens...

 

Invictus, Clint Eastwood

 

Lorsque Mandela arrive au pouvoir, après 27 ans d’emprisonnement, l’Afrique du Sud est un pays meurtri, au bord de l’implosion. Pour réconcilier les ethnies, il ne suffit pas de proclamer la fin de l’apartheid. Le pays a besoin d’un symbole et d’un ferment d’unité nationale.En faisant appel au sport pour réconcilier le pays avec lui-même, Mandela s’est montré visionnaire. Il était conscient de la nécessité de mobiliser et rassembler la nation autour d’un projet. Mandela savait que l’ensemble de la population devrait renouer le dialogue et se mettre à travailler main dans la main pour que le pays réussisse. Quelle meilleure illustration de ce concept qu’une victoire de l’équipe nationale ? Mandela rêve d’une «nation arc-en-ciel», dont le maillot vert et or des Springboks serait le premier symbole visible.

 

Le cercle des poètes disparus,  Peter Weir

"Montre moi coeur affranchi du fardeau des rêves et je te dirais voici un homme libre... C'est dans ses rêves que l'homme trouve la liberté. Cela fut, est et restera la vérité"

En 1959, aux États-Unis, Todd Anderson, un garçon timide, est envoyé dans la prestigieuse académie de Welton (lieu fictif1), dans le Vermont, réputée pour être l'une des plus fermées et austères du pays et où son frère a suivi de brillantes études. Il y fait la rencontre d'un professeur de lettres anglaises aux pratiques plutôt originales, M. Keating, qui encourage le refus du conformisme, l'épanouissement des personnalités et le goût de la liberté.

La science des rêves, Gondry

Le timide Stéphane décide de revenir vivre en France, où sa mère lui a trouvé un emploi. Mais Stéphane qui est très créatif découvre qu'il s'agit seulement d'aider à la fabrication de calendriers, activité aussi banale qu'ennuyeuse. Stimulé par la redécouverte de l'appartement où il a passé son enfance, il se réfugie dans le monde des rêves. Bien vite, il fait la connaissance de sa voisine Stéphanie, qui prend goût à son excentricité.

 

 

Brazil, Terry Gilliam

Sam Lowry, fonctionnaire modèle d'une mégapole étrange, à la fois d'hier, beaucoup d'aujourd'hui et tout à fait de demain, a des problèmes avec sa maman et avec l'Etat, tout puissant. Pour couronner le tout, des songes bizarres l'entraînent chaque nuit sur les ailes d'Icare, à la recherche d'une jeune femme blonde, évanescente, inaccessible. Chaque fois qu'il est sur le point de l'atteindre, leurs trajectoires se séparent et le songe s'interrompt cruellement.
Pourtant une nuit, la belle Jill Layton entre dans sa vie...

 La vie rêvée de Walter Mitty ( merci à mes étudiants pour la suggestion)

Walter Mittyest un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l'action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu'il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais. 

(

Tableaux

Musique

J'ai fait le rêve d'être un enfant qui joue sa vie de son plein gré
Et tout est guerre et tout est trêve et on lui dit que c'est ça la vie
Le sac au dos tout plein de bouquins voilà revenir le moins que rien
Il se demande qui sont ces hommes, quelles sont leur place dans son destin
Il étudie à contre-coeur mais c'est une flamme qu'il a dans l'âme
Les années passent l'enfance s'écarte à la recherche d'une vie parfaite
Les années passent l'enfance s'éloigne et pour tout le monde il devient fou
{Refrain:}
J'ai fait le rêve de tous ces gosses où tout serait beau comme une colo
J'ai fait le rêve de tous ces gosses où je m'envolerais au bout du monde
J'ai fait le rêve de tous ces gosses où tout serait beau comme une colo
J'ai fait le rêve de tous ces gosses où je m'envolerais au bout du monde
J'ai fait le rêve de tous ces gosses {x2}
Le petit bonhomme reprend sa route, de l'inconscience comme disent les autres
Il mène sa barque à sa mesure, à quoi ça sert une vie sans rêve ?
A quoi ça sert une vie sans risque, il troque sa vie contre un stylo
L'amour d'écrire a fait de lui un incompris de ses amis
Il reste ferme et convaincu, pour la plupart il est perdu
Il reste ferme et convaincu, pour la plupart il est vaincu
{au Refrain}
Il vit le rêve qu'il a choisi, de plus la chance lui donne raison
Il a trimé à chaque saison pour pouvoir faire sa petite maison
Si j'étais fou j'aurais pu dire que la vie c'est le rêve que l'on affronte
Si j'étais fou je te dirais même qu'il n'y a pas de montagne que l'on ne surmonte
Si j'étais fou tu penses franchement que je pourrais croire tout ce qu'on me raconte
Si j'étais fou je serais qu'une horloge que l'on décompte au fil des soirs
Il est peut-être fou il est peut-être *** à 25 ans il rêve encore
Il rêve encore !
Il rêve encore !
{au Refrain}
J'ai fait le rêve de tous ces gosses où tout serait beau comme une colo
J'ai fait le rêve de tous ces gosses où je m'envolerais au bout du monde
J'ai fait le rêve de tous ces gosses où tout serait beau comme une colo
J'ai fait le rêve, je ferai mon rêve, je vis le rêve
J'ai fait le rêve, je ferai mon rêve au bout du monde
je fais le rêve, je vis le rêve, je ferai mon rêve au bout du monde
je fais le rêve, je vis le rêve, je ferai mon rêve au bout du monde

ridan le reve

Les conférences / les documentaires

I. Rêve et médecine :

a) Dr Vespignani ( Université de tous les savoirs CanalU)

http://www.canal-u.tv/video/canal_u_medecine/forum_fnac_le_reve_et_ses_secrets.7751

 

Thèmes abordés

  •  Les différentes phases du sommeil
  •  les animaux et le rêve
  • somnambulisme, crises d'épilepsie 
  • rêve-t-on toujours?
  • les rêves peuvent-ils être prémonitoires?
  •  Le rêve a-t-il une fonction?

b) Pourquoi rêvons-nous? Pr Jouvet.

http://www.dailymotion.com/video/x8533h_le-reve-michel-jouvet-2-de-3-limite_news

2. Le temps du rêve (2mn24)

https://www.youtube.com/watch?v=lovjawnvRio

=> le rêve et le sacré chez les aborigènes

L'Art Aborigène

Le Temps du Rêve ( http://www.aborigene.fr/le-temps-du-r%C3%AAve)
 
On utilise le mot Aborigène avec une majuscule pour désigner des ethnies qui vivent de façons très différentes les unes des autres. Ce qui lie tous les Aborigènes, ce sont leurs croyances communes dans le Rêve ou le Temps du Rêve. Cette notion est capitale dans la vie religieuse, culturelle et sociale des Aborigènes.
 
Ce que les Warlpiri nomment « Jukurrpa » et les Aranda « Alchera » est traduit maladroitement par deux termes, le « Rêve » et le « Temps du Rêve ». On peut y rajouter un autre sens, celui de la loi. Ces termes de Rêves n’ont strictement rien à voir avec nos définitions (sauf que la vision onirique est un moyen d’entrer en contact avec les Ancêtres).
 
Cette notion complexe désigne un espace temps parallèle ainsi que  le Temps des origines et se réfère donc à la fois à une dimension sacrée actuelle et au passé.
Les Aborigènes pensent qu’il y a très longtemps la terre était plate, noire, sans vie. Des esprits qui se trouvaient sous terre ou dans le ciel à l’état larvaire se sont éveillés, sont sortis de la terre ou sont tombés du ciel et, par leurs actions, ont créé la vie et le relief (tel héros s’engouffrant ici dans la terre créant un point d’eau, ressortant là, faisant apparaître une montagne…).
Ces êtres pouvaient changer de forme à volonté, passer d’une forme humaine à une forme mi-homme mi-animal, et possédaient des capacités physiques extraordinaires puisque un Ancêtre Ver pourra voler, un Poisson marcher et parler. Avant de disparaître ils ont donné vie à une espèce animale ou végétale qui porte son nom : dingo, kangourou, larve witchetty, liane serpent, …
Ce sont ces démiurges qui ont institué les rites et les règles sociales. Le Rêve est à l’origine de toute chose, il donne une explication à tous les phénomènes (comme la pluie, le cycle des saisons,…), il est donc la Loi.
 
Tout ce qui existe a son origine dans le Rêve. Les dingos existent parce qu’il y a un Rêve de Dingo et ainsi de suite pour tout, et une fois mort on se fond à nouveau dans le Rêve.
 
Les croyances aborigènes sont liées au totémisme. Chaque homme descend de l’un d’eux et même est une partie de lui et ainsi il existe des hommes-goannas, des hommes-kangourous. Les Aborigènes pensent que chaque individu est donc relié à l’un de ces Esprits Ancestraux mais aussi à tout ce qu’il a créé, par exemple les dingos, qu’il dit alors être ses frères et qu’il ne peut donc chasser ou manger, mais aussi les sites, comme les points d’eau, les rochers, les arbres, qui deviennent autant de sites sacrés. Ce lien se nomme Rêve. L’individu associé à un Rêve, pour maintenir le lien qu’il a avec son Ancêtre et ce qu’il a créé, doit effectuer des rituels sur ces lieux sacrés avec les autres membres qui partagent le même Rêve. Ils sont considérés comme les gardiens des sites. Pour nous, Le désert évoque l’aridité, une terre particulièrement inhospitalière et il est vrai que de nombreux explorateurs y laisseront la vie. Le pays des Aborigènes n’est pas pour eux une vaste zone hostile, mais un vaste lieu baigné par l’énergie des Ancêtres. La force vitale des grands Ancêtres du Temps du Rêve imprègne toujours le milieu ambiant, les êtres vivants, les rochers, les points d’eau ou le soleil. C’est pourquoi l’Aborigène pense que sa vie est en relation avec tout ce qui l’entoure.
 
Il est difficile d’obtenir des informations auprès des Aborigènes et cela d’autant plus quand on touche au monde sacré du Rêve. Les Aborigènes ne parlent pas beaucoup. Werner Erzog fera dire à l’un des personnages de son film: « Mais vous connaissez ces gens. Ils restent assis toute une journée sans dire un mot ».J’ai lu une très belle phrase prononcée par un Aborigène : « La bouche ne sert pas à parler, elle sert à chanter. Pour parler on a le cœur » *.
 
Les grands mythes du Temps du Rêve varient selon les régions, selon les ethnies, mais il existe un tronc commun.
 
Notes :
*Il est vrai que le chant est très important dans la culture aborigène. On donne vie aux choses en les nommant et en les chantant. D’ailleurs il n’est pas rare de voir les artistes élaborer leur peinture tout en chantant les hymnes qui accompagnent en principe les rites célébrant le Rêve qui prend vie sur leur toile.

Réaliser son rêve : Le facteur Cheval

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau