Les objets en musique

La complainte du progrès, Boris Vian

Autrefois pour faire sa cour 
On parlait d'amour 
Pour mieux prouver son ardeur 
On offrait son cœur 

Maintenant c'est plus pareil 
Ça change, ça change 
Pour séduire le cher ange 
On lui glisse à l'oreille 
- Ah, Gudule! 

Viens m'embrasser 
Et je te donnerai 
Un frigidaire 
Un joli scooter 
Un atomixaire 
Et du Dunlopillo 
Une cuisinière 
Avec un four en verre 
Des tas de couverts 
Et des pelle à gâteaux 

Une tourniquette 
Pour faire la vinaigrette 
Un bel aérateur 
Pour bouffer les odeurs 

Des draps qui chauffent 
Un pistolet à gaufres 
Un avion pour deux 
Et nous serons heureux 

Autrefois, s'il arrivait 
Que l'on se querelle 
L'air lugubre on s'en allait 
En laissant la vaisselle 

Maintenant, que voulez-vous 
La vie est si chère 
On dit rentre chez ta mère 
Et l'on se garde tout 
- Ah, Gudule! 

Excuse-toi 
Ou je reprends tout ça 
Mon frigidaire 
Mon armoire à cuillères 
Mon évier en fer 
Et mon poêle à mazout 
Mon cire-godasses 
Mon repasse-limaces 
Mon tabouret à glace 
Et mon chasse-filous 

La tourniquette 
A faire la vinaigrette 
Le ratatine-ordures 
Et le coupe-friture 

Et si la belle 
Se montre encore rebelle 
On la fiche dehors 
Pour confier son sort 

Au frigidaire 
A l'efface-poussière 
A la cuisinière 
Au lit qu'est toujours fait 
Au chauffe-savates 
Au canon à patates 
A l’éventre-tomates 
A l'écorche-poulet 

Mais très très vite 
On reçoit la visite 
D'une tendre petite 
Qui vous offre son cœur 

Alors on cède 
Car il faut qu'on s'entraide 
Et l'on vit comme ça 
Jusqu'à la prochaine fois 
Et l'on vit comme ça 
Jusqu'à la prochaine fois 

Foule sentimentale , Souchon

Oh la la la vie en rose 
Le rose qu'on nous propose 
D'avoir les quantités d'choses 
Qui donnent envie d'autre chose 
Aïe, on nous fait croire 
Que le bonheur c'est d'avoir 
De l'avoir plein nos armoires 
Dérisions de nous dérisoires car 

Foule sentimentale 
On a soif d'idéal 
Attirée par les étoiles, les voiles 
Que des choses pas commerciales 
Foule sentimentale 
Il faut voir comme on nous parle 
Comme on nous parle 

Il se dégage 
De ces cartons d'emballage 
Des gens lavés, hors d'usage 
Et tristes et sans aucun avantage 
On nous inflige 
Des désirs qui nous affligent 
On nous prend faut pas déconner dès qu'on est né 
Pour des cons alors qu'on est 
Des 

Foules sentimentales 
Avec soif d'idéal 
Attirées par les étoiles, les voiles 
Que des choses pas commerciales 
Foule sentimentale 
Il faut voir comme on nous parle 
Comme on nous parle 

On nous Claudia Schieffer 
On nous Paul-Loup Sulitzer 
Oh le mal qu'on peut nous faire 
Et qui ravagea la moukère 
Du ciel dévale 
Un désir qui nous emballe 
Pour demain nos enfants pâles 
Un mieux, un rêve, un cheval 

Foule sentimentale 
On a soif d'idéal 
Attirée par les étoiles, les voiles 
Que des choses pas commerciales 
Foule sentimentale 
Il faut voir comme on nous parle 
Comme on nous parle 
 

Le sac à main, Bénabar

Bénabar- Sac á main

J'le tiens, j'ai réussi, je procède à l'autopsie
De cet animal fidèle qui la suit comme un petit chien
Coffre-fort, confident, partial et unique témoin
Qu'elle loge au creux de ses reins
Mais qu'elle appelle, comme si de rien, son "sac à main"
Poudrier des Puces dans un étui de velours noir
Dont les grains de poudre blanche patinent le miroir
Livre de poche, pastilles de menthe et plan de métro
Échantillon de parfum, baume pour les lèvres, 3 ou 4 stylos
Des cigarettes oui mais elle a décidé d'arrêter
Alors demi-paquets de dix, qu'elle achète deux par deux
La sonnerie étouffée, téléphone qu'elle tarde à trouver
Un appel manqué, ça l'énerve, encore raté
Bien sûr, le portefeuille, enfoui comme un magot de pirate
Lourd comme un parpaing, il contient les photos
Ses parents, pattes d'éléphant. Un noël avec une cousine
Au fond, la table en Formica, celle qu'est maintenant dans notre cuisine
A la place de choix, où je souris bêtement
Comme "l'équipier du mois". Oui, mais pour combien de temps ?
J'ai gagné le droit d'être montré aux copines
Comme ceux qui, avant moi, étaient dans la vitrine
L'agenda coupable devient machine à remonter le temps
Notre premier rendez-vous, vendredi 2 Juin à 20h00
Mon nom de plus en plus présent, jusqu'au jour de l'emménagement
Et soulignée en rouge, la date de mon anniversaire
Je passe dans le futur, je descends mercredi prochain
T'as rendez-vous à midi, avec un certain Sébastien
Boulevard de "c'est fini", au Bistrot des Amants
Le portrait dans le porte-monnaie bientôt ne sera plus le mien.

WING$, Macklemore

Macklemore x Ryan Lewis "WINGS" Official Music Video

Wing$
Ailes

I was seven years old, when I got my first pair
J'avais 7 ans, quand j'ai eu ma première paire
And I stepped outside
Et je suis allé dehors
And I was like, Momma, this air bubble right here, it’s gonna make me fly
Disant: "Maman, tu vois ces chaussures avec les bulles d'air, elles vont me faire voler "
I hit that court, and when I jumped, I jumped, I swear I got so high
Je vais sur le terrain, et je sautais encore et encore si haut
I touched the net, Mom I touched the net, this is the best day of my life
Et j'ai touché le filet, « maman j'ai touché le filet ! » c'est le meilleur jour de ma vie

Air Maxes were next
Ces Air Max étaient mon futur
That air bubble, that mesh
Ces bulles d'air, ce panier
The box, the smell, the stuffin, the tread
Cette boite, cette odeur, ce rembourrage, ces semelles.
At school, I was so cool
A l'école, j'étais si cool
I knew that I couldn’t crease ‘em
Je savais que je ne pouvais pas les abîmer
And my friends couldn’t afford ‘em
Et mes amis ne pouvaient pas s'en offrir une paire
Four stripes on their Adidas
4 bandes sur leurs Adidas (1)

On the court I wasn’t the best, but my kicks were like the pros
Sur le terrain je n'étais pas le meilleur, mais j'avais les mêmes chaussures que les pros
Yo, I stick out my tongue so everyone could see that logo
Je tirais sur la languette afin qu'ils puissent tous voir ce logo
Nike Air Flight, but bad was so dope
« Nike Air Flight », mais le mal était addictif
And then my friend Carlos’ brother got murdered for his fours, whoa

Et le frère de mon pote Carlos s'est fait tué pour une paire de chaussures(2)

See he just wanted a jump shot, but they wanted a Starter coat though
Il voulait juste tenter un panier, mais eux voulaient ses vêtements
Didn’t wanna get caught, from Genesee Park to Othello
Tu ne voulais pas être pris à porter ça, de Genesee Park à Othello
You'd get clowned for those Pro Wings, with the velcro
Ils se fouteraient de toi pour ces « Pro Wings » avec le scratch 
Those were not tight
Vraiment pas terribles
I was trying to fly without leaving the ground
J'essayais de voler sans décoller du sol

Cause I wanted to be like Mike, right
Car je voulais faire comme Michael Jordan
Wanted to be him
Je voulais être lui
I wanted to be that guy, I wanted to touch the rim
Je voulais être ce mec, je voulais toucher le cerceau
I wanted to be cool, and I wanted to fit in
Je voulais être le mec cool, et je voulais m'intégrer
I wanted what he had, America, it begins
Je voulais ce qu'il avait, l'Amérique, et ça commence

I want to fly
Je veux voler
Can you take me far away
Peux-tu m'emmener loin d'ici
Give me a star to reach for
Donne-moi une étoile à atteindre
Tell me what it takes
Dis-moi ce qu'il faut donner pour la toucher
And I’ll go so high
Et j'irai tellement haut
I’ll go so high
J'irai si haut
My feet won’t touch the ground
Que mes pieds ne toucheront plus le sol
Stitch my wings
Je coudrais mes propres ailes
And pull the strings
Et tirerais sur les cordes
I bought these dreams
J'ai acheté ces rêves,
That all fall down
Qui tombent à l'eau..

We want what we can’t have, commodity makes us want it
On désire ce que l'on ne peut pas avoir, c'est le goût du luxe qui fait ça
So expensive, damn, I just got to flaunt it
Si cher, putain, il faut que je les montre à tout le monde
Got to show ‘em, so exclusive, this that new shit
Je dois les exhiber, tellement rares, ça va être la nouvelle mode
A hundred dollars for a pair of shoes I would never hoop in
Cent dollars pour une paire de chaussures dont je ne me servirais jamais pour jouer

Look at me, look at me, I’m a cool kid
Regarde-moi, regarde-moi je suis un mec cool
I’m an individual, yeah, but I’m part of a movement 
Je suis unique, ouais, mais je fais partie d'un mouvement
My movement told me be a consumer and I consumed it 
Ce mouvement m'a dit d'être consommateur, alors j'ai consommé
They told me to just do it, I listened to what that swoosh said
Ils m'ont juste dit de le faire(3), et j'ai écouté cette virgule(4)

Look at what that swoosh did
Et regarde ce qu'elle m'a fait cette virgule
See it consumed my thoughts
Tu vois, elle a ravagé mes pensées
Are you stupid, don’t crease ‘em, just leave ‘em in that box
T'es stupide ? Ne les abîme pas, laisse les juste dans cette boîte
Strangled by these laces, laces I can barely talk
Étranglées par ces lacets, ces lacets dont j'arrive à peine à parler
That’s my air bubble and I’m lost, if it pops
Ce sont MES bulles d'air et je suis perdu si elles explosent

We are what we wear, we wear what we are
Nous sommes ce que nous portons, nous portons ce que nous sommes
But see I look inside the mirror and think Phil Knight tricked us all
Mais tu vois je regarde dans le miroir et je me dis que Phil Knight(5) nous a tous bien eu
Will I stand for change, or stay in my box
Est-ce que je vais bouger pour que cela change, ou vais-je rester dans ma boîte ?
These Nikes help me define me, and I’m trying to take mine, off
Ces Nike me permettent de me définir, mais j'essaye maintenant de les enlever. 

I want to fly
Je veux voler
Can you take me far away
Peux-tu m'emmener loin d'ici
Give me a star to reach for
Donne-moi une étoile à atteindre
Tell me what it takes
Dis-moi ce qu'il faut donner pour la toucher
And I’ll go so high
Et j'irai tellement haut
I’ll go so high
J'irai si haut
My feet won’t touch the ground
Que mes pieds ne toucheront plus le sol
Stitch my wings
Je coudrais mes propres ailes
And pull the strings
Et tirerais sur les cordes
I bought these dreams
J'ai acheté ces rêves,
That all fall down
Qui tombent à l'eau..

It started out, with what I wear to school
Tout a commencé, avec ce que je portais à l'école
That first day, like these are what make you cool
Ce premier jour, comme si c'est elles qui te rendaient cool
And this pair, this would be my parachute
Et cette paire, ce serait mon parachute
So much more than just a pair of shoes
Bien plus qu'une simple paire de chaussures

Nah, this is what I am
Non, c'est ce que je suis
What I wore, this is the source of my youth
Ce que je portais, c'était l'essence de ma jeunesse
This dream that they sold to you
Ce rêve qu'ils t'ont vendu, 
For a hundred dollars and some change
Pour cent dollars et quelques
Consumption is in the veins
La consommation est dans nos veines

And now I see it’s just another pair of shoes
Et maintenant, je réalise que ce n'est qu'une simple paire de chaussures

(1)Les chaussures Adidas avec 4 bandes sont des fausses (il n'y en a que 3 sur les vraies)
(2)"his fours" désigne le modèle de Nike : air Jordan IV
(3)Just do it : slogan de Nike
(4)Swoosh = virgule = logo de Nike
(5)Phil Knight est le fondateur de la marque.


 

" Super pouvoir d'achat", La chanson du dimanche

Super Pouvoir d'Achat (la chanson du dimanche s02e11)

Si j'avais le pouvoir d'achat, Aaaah
J'achèterais plein d'objets sans fil, Aaaah
J'achèterais un écran plat, Aaaah
La vie serait plus facile, Aaaah

Je t'achèterais un stylos
Je t'achèterais un cahier
Peut-être même que je pourrais payer
L'Université

Donnez, donnez-moi, le pouvoir d'achat,
Donnez, donnez-moi, le super marché,
Le super pouvoir de pouvoir marcher
Tout en achetant du lait UHT

Donnez, donnez-moi, le pouvoir d'achat...
Donnez, donnez-moi, le pouvoir d'achat...

Si j'avais le pouvoir d'achat, Aaaah
J'achèterais des boîtes en plastique, Aaaah
J'achèterais une tente Quechua, Aaaah
Aujourd'hui on ne sait jamais, Aaaah

Je t'offrirais le TER
Je t'emmènerais jusqu'à Bauvais
Peut-être même que je pourrais payer
L'hospice de mémé

Donnez, donnez-moi, le pouvoir d'achat,
Donnez, donnez-moi, le super marché,
Le super pouvoir de pouvoir marcher
Tout en achetant du lait UHT

Donnez, donnez-moi, le pouvoir d'achat...
Donnez, donnez-moi, le pouvoir d'achat...

Si j'avais le pouvoir d'achat, je devrais payer plus d'împots,
Mais en fait je paierais moins d'împots, parce que les împots c'est bien fait,
J'achèterais un camembert président, celui qui sent des pieds,
Le président y sent des pieds,
Je m'abonnerais à la piscine, puis j'irais chez le podologue,
Pour me faire enlever une verrue, je roulerais des heures de vélib',
J'achèterais un barbecue, avec un allume barbecue,
J'achèterais un Rottweiler, pour protéger mon barbecue,

Puis je placerais 1000 euros à l'excellent taux de 4%, ce qui me fera,
Au bout de dix ans, la coquette somme de 400 euros,
400 euros c'est très important, je pourrais m'acheter une brosse à dent,
Du jus d'ananas, et un téléphone pour pouvoir raquer encore un peu plus...

 

Drouot, Barbara

Barbara Drouot

Dans les paniers d'osier de la salle des ventes 
Une gloire déchue des folles années trente 
Avait mis aux enchères, parmi quelques brocantes 
Un vieux bijou donné par quel amour d'antan 

Elle était là, figée, superbe et déchirante 
Ses mains qui se nouaient, se dénouaient tremblantes 
Des mains belles encore, déformées, les doigts nus 
Comme sont nus, parfois, les arbres en Novembre 

Comme tous les matins, dans la salle des ventes 
Bourdonnait une foule, fiévreuse et impatiente 
Ceux qui, pour quelques sous, rachètent pour les vendre 
Les trésors fabuleux d'un passé qui n'est plus 

Dans ce vieux lit cassé, en bois de palissandre 
Que d'ombres enlacées, ont rêvé à s'attendre 
Les choses ont leurs secrets, les choses ont leurs légendes 
Mais les choses nous parlent si nous savons entendre 

Le marteau se leva, dans la salle des ventes 
Une fois, puis deux fois, alors, dans le silence 
Elle cria: "Je prends, je rachète tout ça 
Ce que vous vendez là, c'est mon passé à moi" 

C'était trop tard, déjà, dans la salle des ventes 
Le marteau retomba sur sa voix suppliante 
Elle vit s'en aller, parmi quelques brocantes 
Le dernier souvenir de ses amours d'antan 

Près des paniers d'osier, dans la salle des ventes 
Une femme pleurait ses folles années trente 
Et revoyait soudain défiler son passé 
Défiler son passé, défiler son passé 

Car venait de surgir, du fond de sa mémoire 
Du fond de sa mémoire, un visage oublié 
Une image chérie, du fond de sa mémoire 
Son seul amour de femme, son seul amour de femme 

Hagarde, elle sortit de la salle des ventes 
Froissant quelques billets, dedans ses main tremblantes 
Froissant quelques billets, du bout de ses doigts nus 
Quelques billets froissés, pour un passé perdu 

Hagarde, elle sortit de la salle des ventes 
Je la vis s'éloigner, courbée et déchirante 
De ses amours d'antan, rien ne lui restait plus 
Pas même ce souvenir, aujourd'hui disparu...

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau